Laitue romaine de californie : avis de non consommation maintenu

12 décembre 2018

Dans le cadre de l'enquête en cours de l'éclosion de maladies causées par la bactérie E. coli associée à la laitue romaine, l'Agence de la santé publique du Canada continue de conseiller aux résidents des provinces touchées, dont l'Ontario, le Québec et le Nouveau-Brunswick, d'éviter de manger de la laitue romaine et des mélanges à salade contenant de la laitue romaine, à moins que le consommateur soit en mesure de s'assurer que la laitue romaine achetée ne vient pas d'une des régions de la Californie où la culture est affectée, comme indiqué sur le site Web de la Food and Drug Administration aux États-Unis. De son côté, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a déconseillé à l'industrie d'importer, de distribuer, de vendre, de servir ou d'utiliser de la laitue romaine provenant des régions suspectes de la Californie et elle veille à la mise en œuvre de ces nouvelles mesures sur le marché canadien.

Au Canada, d'après les conclusions de l'enquête à ce jour, la source de l'éclosion serait l'exposition à la laitue romaine. Une enquête menée en collaboration par des partenaires du secteur de la santé publique et de la salubrité des aliments au Canada et aux États-Unis a révélé que la laitue romaine contaminée avait été récoltée en Californie. Plus précisément, la FDA des États-Unis a indiqué que la laitue romaine a été récoltée en Californie, dans les régions côtières centrale et du nord. Il a été déterminé que les différentes laitues romaines cultivées au Canada, comme la laitue romaine hydroponique et la laitue romaine cultivée en serre, ne sont pas associées à cette éclosion. L'enquête se poursuit pour déterminer la cause de la contamination de la laitue romaine provenant des régions de récolte touchées en Californie.

En date du 27 novembre 2018, l'ACIA a mis en œuvre de nouvelles mesures pour s'assurer que l'on ne retrouve plus de produits touchés sur le marché canadien et pour veiller à ce que la laitue romaine des régions identifiées dans l'enquête de la FDA américaine ne soit pas admise au Canada. L'ACIA a avisé les distributeurs, les importateurs, les restaurants, les détaillants et les institutions de ne pas distribuer, importer, vendre, servir ou utiliser de la laitue romaine et des produits contenant de la laitue romaine récoltée en Californie, dans les régions côtières centrale et du nord au cours de la saison de croissance 2018, comme l'a indiqué la FDA des États-Unis.

 

Comment la laitue se contamine-t-elle à l'E. coli

L'E. coli est une bactérie qui vit à l'état naturel dans les intestins de bovins, de volailles et d'autres animaux. Les fruits et légumes crus qui ont été en contact avec des fèces infectées d'animaux sont une source fréquente d'infections à E. coli. Les légumes-feuilles, comme la laitue, peuvent se contaminer dans les champs par la terre, l'eau, les animaux ou du fumier mal composté. La laitue peut également se contaminer par des bactéries au cours de la récolte ou après, lors de la manipulation, de l'entreposage et du transport de ce produit horticole. La contamination de la laitue peut aussi se produire à l'épicerie, dans le réfrigérateur ou sur le comptoir et la planche à découper par une contamination croisée avec les bactéries nocives de viandes, de volaille, de poissons ou de fruits de mer à l'état cru. La plupart des souches d'E. coli sont sans danger pour l'humain, mais certaines variétés peuvent rendre malade.

Résumé de l'enquête

Au Canada, en date du 6 décembre 2018, 27 cas confirmés d'infections à E. coli faisaient l'objet d'une enquête : en Ontario (4), au Québec (19), au Nouveau-Brunswick (1) et en Colombie-Britannique (3). Les infections apparues en Colombie-Britannique étaient liées à des voyages au Québec et aux États-Unis. Les personnes sont devenues malades entre la mi-octobre et le début de novembre 2018. Neuf personnes ont été hospitalisées et une personne a souffert du syndrome hémolytique et urémique (SHU), qui se manifeste par de graves complications qui peuvent résulter d'une infection à E. coli. Aucun décès n'a été signalé. Les personnes qui sont tombées malades sont âgées de 2 à 93 ans. Les hommes constituent la majorité des cas (52 %).

La majorité des personnes qui sont tombées malades ont déclaré avoir mangé de la laitue romaine avant que ne se manifeste la maladie. Elles ont dit en avoir mangé à la maison, ainsi que dans des salades préparées vendues en magasin, ou dans des mets commandés dans des restaurants et des chaînes de restauration rapide.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) collabore avec les responsables de la santé publique et la U.S. FDA afin de déterminer la provenance de la laitue romaine à laquelle les personnes malades ont été exposées. Dans le cadre de l'enquête sur la salubrité alimentaire, la laitue romaine fait l'objet d'un échantillonnage et d'une analyse. À ce jour, la présence d'E. coli n'a été détectée dans aucun des produits analysés. Étant donné qu'aucun produit contaminé n'a été trouvé sur le marché et que la source de la contamination n'a pas encore été déterminée, il n'y a pas eu de rappel de produits associés à cette éclosion au Canada et aux États-Unis. Si l'on arrive à trouver la marque ou la source précise de la laitue romaine qui a causé l'éclosion au Canada, l'ACIA prendra les mesures nécessaires afin de protéger la population, notamment en ordonnant un rappel du produit au besoin.

 

Source : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/avis-sante-publique/2018/eclosion-infections-ecoli-associees-laitue-romaine.html

 

Nouvelles connexes